« Pour nous, musulmans, Jésus-Christ n’est qu’un prophète. Nous l’honorons et nous honorons Dieu tout en croyant que Dieu l’a délivré de la mort sur la croix. Par contre, vous, chrétiens, affirmez qu’il est le Fils de Dieu et enseignez que Dieu n’a rien fait pour lui venir en aide pendant qu’il était crucifié. Comment voulez-vous que je croie cela ? Dieu ne permettrait jamais qu’un de ses prophètes meure ainsi. »

Dans un entretien avec un ami chrétien, un musulman a voulu pousser la discussion plus loin. Il lui a demandé : « Combien de fils avez-vous ? » Celui-ci a répondu : « Trois ». « Bien » a-t-il ajouté, « si vous voyez des bandits s’attaquer à l’un d’eux pour le tuer, n’iriez-vous pas à sa rescousse ? N’aimez-vous pas votre fils à ce point ? » Je suis alors intervenu dans la discussion : « Permettez-moi de donner plus de poids à votre objection avant de vous répondre. Et si vous voyiez notre ami lui-même marchant dans la rue, un couteau dans une main et celle de son fils dans l’autre, prêt à lui trancher la gorge ? » Il a répondu : « Ce serait l’acte le plus barbare que j’aurais jamais vu. » J’ai alors poursuivi : « Oseriez-vous dire la même chose du prophète Abraham ? Comment pouvez-vous croire qu’Abraham était un grand prophète et un bon père alors que c’est ce qu’il a fait ? Il était prêt à sacrifier son propre fils, d’après ce que dit le Coran. Comment pouvez-vous continuer de penser du bien d’Abraham alors qu’il était prêt à immoler son propre fils ? »

Notre ami musulman a répondu : « Non, non, vous n’avez rien compris. C’était un cas différent, Dieu testait sa foi pour savoir s’il était prêt à offrir son propre fils à Dieu, s’il était aussi prêt à tout lui donner ». « Exact », lui ai-je répondu, « C’est ce que nous sommes en train de vous expliquer au sujet de Dieu. Il n’est pas resté à distance, indifférent au sort de l’homme, au contraire, il a volontairement livré Jésus à la mort pour nous sauver de nos péchés. Cela a été la preuve suprême de son amour et le don le plus précieux qu’il ait fait à l’humanité.  La Bible déclare que « Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle » (La Bible, l’Injil, Jean 3:16). En ordonnant à Abraham de lui offrir son fils comme preuve de sa foi, Dieu démontrait ainsi comment — à son tour — il allait manifester au plus haut point son amour en notre faveur. Grâce au sacrifice accompli par Jésus sur la croix, nous, chrétiens, savons que Dieu a fait le meilleur en notre faveur. » Il faut savoir que personne n’a forcé Jésus à être crucifié, il s’est donné lui-même.

En ce qui concerne l’objection que Dieu n’a pas pu « permettre qu’un de ses prophètes subisse une mort pareille », je voudrais rappeler à mes amis musulmans certains versets coraniques qui enseignent que des messagers (des prophètes) de Dieu ont été tués :

« Nous les avons maudits [les Juifs] à cause de la rupture de leur engagement, leur mécréance aux révélations d’Allah, leur meurtre injustifié des prophètes… » (La Sourate 4:155).

« Certes, nous avons donné le Livre à Moïse ; nous avons envoyé après lui des prophètes successifs. Et nous avons donné des preuves à Jésus fils de Marie, et nous l’avons renforcé du Saint-Esprit. Est-ce qu’à chaque fois qu’un Messager vous apportait des vérités contraires à vos souhaits, vous vous enfliez d’orgueil ? Vous traitiez les uns d’imposteurs et vous tuiez les autres » (La Sourate 2:87 ; voir aussi la Sourate 2:91 et la Sourate 3:183).