« …. CHRIST crucifié .. puissance de Dieu et sagesse de Dieu pour ceux qui
sont appelés » ( 1 Corinthiens 1 : 23, 24)

Un jour, voulant retourner chez elle, une petite fille se perdit dans un quartier de Londres. Prise d’angoisse, elle se mit à pleurer. Un agent de police qui passait par là la vit, vint vers elle et lui demanda si elle se rappelait le nom de la rue où elle habitait. La fillette lui répondit: « Je ne sais pas le nom de la rue, mais ma maison est prés du bâtiment qui a une croix sur le toit ». Le policier comprit qui le bâtiment surmonté d’une croix ne pouvait être que l’église, la seule église du quartier et il put aider la petite à retrouver sa maison. La croix avait servi de repère. Aujourd’hui, comme jamais auparavant, le monde perdu a besoin d’un repère sûr, il a besoin de regarder à « la croix » de Jésus pour recevoir orientation et direction.

J’ai vu l’autre jour un film sur les pilotes d’avions de grandes lignes. Le commentateur expliquait qu’une fois à bord le pilote doit dépendre entièrement des appareils de guidage (les radars) au sol. Dans son avion, le pilote ne doit pas se fier à ses instincts personnels. Nuit et jour, il doit absolument suivre les signes et les instructions des instruments de bord, sinon il ira à la catastrophe. Inutile de citer d’autres exemples pour illustrer l’égarement et la faiblesse de l’homme. L’homme moderne se glorifie de ses exploits scientifiques sans précédent. Il place sa confiance dans ses biens matériels. Il est fier de son indépendance et de son intelligence. Mais aux yeux de Dieu l’homme est pauvre et misérable. Son problème fondamental ne peut être résolu en dehors de la croix de Jésus-Christ. En parlant de sa mort, Jésus connaissait l’endroit où il souffrirait : sur une colline, une hauteur, afin que toute la ville puisse le voir. Sa mort n’était pas une erreur judiciaire, ni une punition méritée, mais l’accomplissement de prophéties précises concernant le Messie. En mourant sur le bois dressé sur le Mont Calvaire, Jésus-Christ a pris le péché de tous les hommes sur lui. Ce que nous ne pouvons pas obtenir par nos propres moyens, Jésus l’a obtenu pour nous. Il a affronté la mort pour nous et il l’a vaincue. Au troisième jour après sa mort, il est sorti vivant du tombeau qui avait été scellé par une grosse pierre. C’est pourquoi la croix de Jésus est là comme le repère dans le temps et l’espace, la boussole qui conduit à la paix véritable et au salut éternel.

Le fleuve de l’histoire s’écoule.: la croix demeure. Quand les forts torturent les faibles, les riches méprisent les pauvres, quand les malheureux meurent dans la misère, les mères demandent du pain en pleurant pour leurs enfants qui meurent de faim, quand les innocents souffrent dans les prisons, quand les soldais partent à la bataille, quand ceux qui sont dans les ténèbres réclament la lumière, la croix est toujours pour ceux qui mettent toute leur foi en Jésus-Christ le signe de la puissance de Dieu, plus sage et plus forte que les hommes.

La Croix . . . . pourquoi ?

Pourquoi les chrétiens à travers le monde croient-ils en un Christ crucifié ? C’est parce que, lors de la mort de Jésus, quatre choses se sont accomplies :

La Rédemption

Dans la Sainte Bible, ce mot signifie qu’une somme d’argent a été payée pour le rachat d’un esclave. Il s’agit de la libération de celui ou celle qui est retenu en esclavage ou en prison. Le rachat était pratiqué chez les romains du temps de Jésus comme dans l’antiquité. Les paroles mêmes du Christ nous montrent que sa mission dans le monde fut une mission de rachat au moyen d’une rançon. Il déclara qu’il n’était pas venu pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour beaucoup. II voyait les hommes liés à Satan, enchaînés par leurs propres convoitises, esclaves du mal. Et d’une manière extraordinaire, dont Dieu Seul a le secret, Jésus a payé le prix de la libération de l’homme en mourant sur le bois du mont Calvaire.

L’ Expiation

Expier est la traduction du verbe arabe « Kafara » (Takfir), qui signifie couvrir. Son sens est merveilleux, au-dessus de la portée de l’homme ordinaire. Ce mot signifie que sur la croix le Christ a répondu aux exigences de la loi morale pour tout l’univers et qu’il a pris le péché des hommes sur lui. Le principe de la loi est que le mal doit être puni. Principe formulé dans la Sainte Bible à maintes reprises : « Dieu ne tient pas le coupable pour innocent ». Et nous savons que tous les hommes ont péché et sont privés de la gloire de Dieu, et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption (du rachat) qui est dans le Christ Jésus.

La Réconciliation

La Sainte Bible affirme que tous les hommes sont des ennemis de Dieu. Mais lorsque nous étions encore pécheurs, c’est-à-dire ennemis de Dieu, Christ est mort pour nous, afin de nous réconcilier avec Dieu. Etre réconcilié, c’est être ramené dans une relation parfaite avec Dieu. Une seule condition à ce que nous soyons réconciliés : nous devons, chacun et chacune, abandonner notre péché et accepter en toute humilité que le Christ, dans son amour, nous assure la réconciliation avec Dieu .

La Justification

C’est-là ce que Dieu opère pour nous en réponse à notre changement d’attitude. La Bible enseigne que, même si Dieu est un Dieu d’amour et de miséricorde, Il est aussi un Dieu de justice. L’homme a violé la loi : il lui faut plus que le pardon, plus que la purification, il lui faut la grâce d’une vie nouvelle. Il a besoin d’être mis en présence de Dieu comme s’il n’avait jamais péché. C’est cela la justification. Etre « recréé » juste devant Dieu, c’est bien plus qu’être pardonné. Le mot justification signifie pour moi « être comme si j’avais toujours été innocent ». Nous ne pouvons pas être justifiés par nos propres bonnes oeuvres. Nous sommes justifiés par Jésus-Christ seul. Nous devons croire en Jésus-Christ, qui a acquis notre justification par sa mort sur la croix. La Bible dit : « Ils sont gratuitement justifiés par la grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ. » La justice de Dieu a été satisfaite par Jésus-Christ, et le chemin de la justification, c’est la foi en lui. Nous devons croire que Jésus est vraiment mort sur la croix pour que nous soyons justifiés.

Voilà donc pour ceux qui croient les bienfaits qui découlent de « la croix » tant décriée. Elle n’a, en elle-même, aucun pouvoir magique, mais elle est d’une importance capitale dans la mesure où elle est le signe de ce que le Christ a accompli, une fois pour toutes, pour nous tous. Pour vous, elle n’aura son sens que si vous recevez le Christ comme votre Sauveur. Vous pouvez, vous aussi, dans notre monde troublé, posséder une paix qui surpasse toute intelligence et une joie qui ne peut vous être ôtée, si vous mettez votre confiance dans l’amour de Dieu manifesté sur la croix, en Jésus-Christ.

Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié .. . une folie ? Non, mille fois non, c’est-là, au contraire, « la sagesse de Dieu, mystérieuse et cachée, que Dieu, avant les siècles, avait destinée pour notre gloire.  »

(La Clef de la Connaissance – No2 1985) Reproduit avec l’aimable autorisation de ERB