L’autre passage parmi les plus cités comme apportant prétendument une confirmation à la promesse du Coran d’une mention biblique de Muhammad se trouve dans l’évangile selon Jean au chapitre 1, versets 19-23:

Voici le témoignage de Jean, lorsque les Juifs envoyèrent de Jérusalem des sacrificateurs et des Lévites, pour lui demander: “Toi, qui es-tu?” Il déclara, et ne le nia point, il déclara qu’il n’était pas le Christ. Et ils lui demandèrent: “Quoi donc? es-tu Élie?” Et il dit: “Je ne le suis point.” “Es-tu le prophète?” Et il répondit: “Non.” Ils lui dirent alors: “Qui es-tu? afin que nous donnions une réponse à ceux qui nous ont envoyés. Que dis-tu de toi-même?” “Moi,” dit-il, “je suis la voix de celui qui crie dans le désert: Aplanissez le chemin du Seigneur, comme a dit Ésaïe, le prophète.”

Bien que les musulmans rejettent fermement toute autre partie du même chapitre, qui proclame très clairement la divinité de Christ, ils trouvent judicieux de considérer que “le Prophète” attendu était Muhammad. Leur raisonnement est que les chrétiens considèrent Jean Baptiste comme étant venu dans l’esprit d’Elie, Jésus comme étant le Christ et donc Muhammad était nécessairement le Prophète.

Vu superficiellement, cet argument semble valide; mais il est basé sur une mauvaise compréhension de l’Ecriture. Le prophète dont il est question ici est celui que le peuple d’Israël (à l’époque de Jean-Baptiste) attendait; il est “Le” prophète venant de Dieu, celui qui était annoncé en Deutéronome 18:15-18.

Les Musulmans sont d’accord pour dire que ce prophète est celui annoncé en Deutéronome 18, mais ils affirment ensuite que Deutéronome 18 est à propos de Muhammad. Cependant, nous avons démontré qu’il est impossible pour Muhammad d’être le prophète annoncé en Deutéronome 18.

Cependant, dans la pensée juive, il n’était pas clair que le “prophète” soit le Messie, comme le montrent les verstes suivants:

Des gens de la foule, ayant entendu ces paroles, disaient: Celui-ci est vraiment le prophète. D’autres disaient: C’est le Christ.” (Jean 7:40-41a)

Jésus, étant arrivé dans le territoire de Césarée de Philippe, demanda à ses disciples : Qui dit-on que je suis, moi, le Fils de l’homme? Ils répondirent: Les uns disent que tu es Jean Baptiste; les autres, Élie; les autres, Jérémie, ou l’un des prophètes. Et   vous, leur dit-il, qui dites-vous que je suis? Simon Pierre répondit: Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant.” (Matthieu 16:13-16)

Permettez-moi d’illustrer mon propos par une affirmation venant des musulmans eux-mêmes. Plusieurs d’entre eux croient que Muhammad est “le prophète” mentioné en De. 18:18, et ils croient également que Muhammad est le “consolateur” mentioné en Jean 14-16.

En lisant les deux passages suscités, il est loin d’être évident qu’ils parlent de la même personne (et je ne crois pas que ce soit le cas). Que pensez-vous que Muhammad aurait répondu à la question “ Es-tu le prophète? Es-tu le consolateur? ” Certes, nous ne pouvons pas spéculer sur ce qu’il aurait dit étant donné que personne ne l’a interrogé à ce sujet. Mais selon un bon nombre de musulmans, il est censé être les deux.

De façon similaire, il y a beaucoup de prophéties dans l’Ancien Testament à propos de futurs personnages à venir. Pour certaines d’entre elles, il est évident qu’elles concernent la même personne, tandis que d’autres font référence à une autre personne ou sont simplement une description d’un autre rôle que remplirait la même personne.

Lorsque Jean-Baptiste entre en scène, il a un tel impact sur les Juifs que les gens commencent à se demander s’il est l’accomplissement d’une (ou plusieurs) de ces prophéties. C’est pourquoi ils font la liste des prophéties majeures: Es-tu l’Elie qui doit venir? Es-tu le Messie qui doit venir? Es-tu le Prophète qui doit venir? Ce n’est pas une chose arrêtée dans leur pensée qu’il s’agisse là de trois différentes personnes. Ils essaient juste de clarifier qui est Jean-Baptiste, à la lumière des promesses de Dieu.

Leur question ne signifiait pas: ‘si tu es l’un de ces trois, alors tu ne peux être également l’autre’. Ils essayaient seulement de trouver une place pour lui dans l’accomplissement des Ecritures.

Je n’accepte aucune des deux (Mohamed en tant que “Le prohète” ou “Le consolateur” ) comme étant des interprétations valides. Mais le fait est que les musulmans croient qu’elles le sont, et de ce fait doivent répondre à cette question: ‘ si vous pensez que Mohamed pourrait être “ce prophète” et “ce consolateur”, alors pourquoi pensez-vous que “le Messie” et “le prophète” sont nécessairement deux personnes distinctes? ‘

En aucune façon rien de concluant ne peut être tiré des spéculations des Juifs. Ils disaient tantôt de Jésus: “Celui-ci est vraiment le prophète” (Jean 7:40). A une autre occasion, ils disaient qu’il était “l’un des prophètes” (Matthieu 16:14), à une autre “un prophète” (Marc 6:15) et pire certains pensaient qu’ils étaient à la fois Elie (Marc 6:15) et Jean-Baptiste lui-même (16:14).

Qu’en est-il de l’ordre chronologique?

Il est utile de rappeler que la Bible n’enseigne pas qu’Elie, le Christ et le Prophète devaient venir dans cet ordre là. Les questions des Juifs à Jean-Baptiste, demandant s’il était Elie, le Christ, ou le Prophète, exprimaient simplement leurs propres espérances et attentes des figures majeures à venir. Cependant, à la lumière de leur confusion, nous pouvons comprendre qu’il n’y a point besoin de considérer trop sérieusement la distinction qu’ils firent entre le Christ et le Prophète. Il est également important de noter que les prédictions au sujet d’Elie, du Christ et du Prophète furent données dans l’ordre inverse dans l’Ancien Testament : le Prophète fût annoncé par Moïse, la plupart des prophéties concernant la venue de Christ furent données dans les écrits des derniers prophètes, et la promesse de l’Elie qui devait venir apparaît seulement à la fin du livre de Malachi 4:5.