On raconte l’histoire d’un roi viking. Dans son royaume régnait la paix, car le roi pratiquait et exerçait la justice, les malfaiteurs étaient punis. Voilà pourtant qu’un jour, un vol eut lieu dans le trésor royal — un vol portant sur des objets de valeur inestimable, de quoi lever une grande armée ! Jamais rien de pareil ne s’était passé. Quel criminel avait bien pu faire cela ? Le roi pria ses officiers de tout faire pour retrouver le malfaiteur et décréta que, s’il était trouvé, il serait fouetté à mort.

Un jour, on démasqua le coupable. Imaginez qui ? La propre mère du roi ! Elle complotait pour renverser son fils aîné et mettre à sa place un fils illégitime. Qu’allait faire le roi, exécuter sa sentence ? D’un côté, il aimait sa mère et aurait voulu l’épargner, mais de l’autre côté, il se devait de faire respecter l’ordre et la justice.

Le jour de l’exécution arriva. La place du palais était noire de monde, toute la ville était là. Le roi monta sur le trône qui avait été dressé là et s’y installa avec son propre fils, son successeur. Sa mère fut alors présentée liée devant lui ; il ne lui restait qu’à ordonner l’exécution. Un silence de mort régnait sur la place ! Tout le monde attendait la décision du roi. Allait-il faire bénéficier sa mère d’un passe-droit ou la ferait-il mettre à mort ? C’est alors que le roi se leva avec détermination, ôta sa couronne, la déposa sur la tête de son fils, se débarrassa de sa tunique royale et l’en revêtit, puis descendit les marches du trône. Il rejoignit sa mère qui se tenait tête baissée, humiliée, en proie aux remords, s’attendant à sa juste exécution. À la stupéfaction générale, le roi l’enveloppa de ses bras, la couvrit de son corps et lança cet ordre au bourreau : « Frappe-moi ! » Le bourreau fouetta le roi jusqu’à ce que la mort s’ensuive. Le peuple, enthousiasmé, se mit alors à crier « vive le roi » à l’adresse du fils resté sur le trône. Le jeune homme, presque un enfant, se leva et ordonna que sa grand-mère, pleurant dans la repentance, soit libérée et réintroduite dans ses appartements.

Personne n’a contesté cette décision, pourquoi ? Parce que chacun savait que le fils de la reine indigne avait enduré son châtiment, que sa faute avait été rachetée et que plus rien ne pesait sur elle.

Ce n’est qu’une petite illustration de ce que Jésus a fait en faveur des pécheurs. Le Roi des rois est venu sur terre disant : « Je viens te sauver, payer la rançon de tes péchés, endurer la peine de mort à ta place ; je vais mourir afin que tu vives. »  Le prophète Ésaïe nous le dit ainsi :

« Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a portées, c’est de nos douleurs qu’il s’est chargé ; et nous l’avons considéré comme puni, frappé de Dieu, et humilié. Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités ; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. Nous étions tous errants comme des brebis, chacun suivait sa propre voie ; et l’Éternel Dieu a fait retomber sur lui l’iniquité de nous tous… Et parmi ceux de sa génération, qui a cru qu’il était retranché de la terre des vivants et frappé pour les péchés de mon peuple ?… Par sa connaissance mon serviteur juste justifiera beaucoup d’hommes, et il se chargera de leurs iniquités (il prendra à son compte nos injustices)… Parce qu’il s’est livré lui-même à la mort, et qu’il a été mis au nombre des malfaiteurs, parce qu’il a porté les péchés de beaucoup d’hommes, et qu’il a intercédé pour les coupables… » (La Bible, Ésaïe 53:4-12).

L’amour du roi viking pour sa mère serait-il plus grand que l’amour de Dieu pour les créatures qu’il a créées ? Non ! « Nous avons connu l’amour, en ce qu’il [Jésus-Christ] a donné sa vie pour nous » (L’Injil, 1Jean 3:16). « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis » (L’Injil, Jean 15:13).